Théo Mercier, plasticien et metteur en scène

648E8ED0-4065-4748-B86D-5EC6AFF845E2_1_105_c.jpeg

Texte lu composé par le lauréat  

Autodidacte, le lieu de l’art m’a souvent semblé un peu contraint ; le jeu de rôles qui s’y joue parfois m’est étranger. D’autres scènes et d’autres jeux m’attirent irrémédiablement. Je suis toujours tenté d’aller voir ailleurs si j’y suis.... Je sollicite ainsi votre bourse pour m’aider à construire ma vie sur du sable. 

Si la sculpture est le fil conducteur de ma pratique depuis une dizaine d’années, j’essaie de l’aborder avec la plus grande liberté formelle possible. Bien sûr, je puise dans le monde qui m’entoure, proche ou très lointain, la matière première de mon travail. Je collectionne ses objets, ses images et ses récits. Je tente de déconstruire les mécanismes parfois répétitifs de l’histoire de l’art, des objets et des représentations collectives, pour bâtir ce que j’appellerais des contradictions harmonieuses, faites simultanément de vrai et de faux ; de passé, de présent et de futur ; de vie et de mort ; de discours savant et de pop culture ; ou d’artisanal et d’industriel... Mon travail artistique explore la zone située au carrefour de l'anthropologie, de la géopolitique et du tourisme, en adoptant comme point de vue plastique et mental le paradoxe, l’étrangeté et l’humour. 

C’est mon métier de sculpteur qui m’a conduit à celui de metteur en scène depuis 2014. Ce passage de la salle d’exposition à la scène de spectacle a totalement bouleversé mon rapport à la sculpture, dont l’apparente stabilité cache souvent un mouvement ou une chute potentielle. Il a également transformé mon rapport à l’espace d’exposition, que je conçois de plus en plus comme un lieu de narrations. J’aime construire et déconstruire les histoires, que leurs protagonistes soient des objets et des collections dans une vitrine, un diorama ou une salle d’exposition, ou bien des corps sur un plateau de spectacle, je m’intéresse à la manière dont nous posons notre regard sur ces situations, et à ce que ces présences ont à nous « dire ». 

Ces 18 derniers mois, pendant la pandémie COVID-19, je me suis concentré sur le sable. Cette matière fascinante m’a permis de trouver une « zone grise » que je cherche depuis longtemps : une zone qui se situe entre le « white cube » du musée et la « boite noire » du théâtre. A la Collection Lambert pendant le dernier Festival d’Avignon, j’ai orchestré OUTREMONDE. Mi-spectacle, mi-exposition, c’est pour moi un « paysage vivant », entièrement fait de sculptures de sable à échelle 1:1, et habité par des corps et des voix dont la présence nous embarquait dans un récit de science-fiction sur l’enfance et l’imagination. 

Ce projet a aujourd’hui introduit une rupture dans la manière dont je conçois mon travail, autant que ses modes de production et de diffusion. Car en produisant une exposition entièrement faite de sable emprunté — où aucune sculpture ne perdure ni n’est à vendre, puisque le sable repart nécessairement vers sa carrière d’origine à l’issue du démontage d’exposition —, j’entrevois la possibilité d’inventer d’autres manières de concevoir la pratique d’artiste en marge du système commercial, sous la forme d’un travail prométhéen, nomade. 

Dès l’origine, j’ai rêvé qu’OUTREMONDE se développe organiquement, en plusieurs chapitres dans plusieurs lieux en Europe. Chaque fois, j’aimerais recréer un nouveau paysage de sable entièrement sculpté à partir de sable local, et écrire une nouvelle partie de l’histoire. 

La bourse du Fonds de Dotation Vendredi soir est déterminante dans cette étape cruciale du développement de mon travail, car elle va me permettre de prendre le temps, de stopper la course quelques semaines voire quelques mois, de faire un pas de recul, et de m’offrir l’espace-temps pour travailler, rêver et imaginer sur l’écriture et le dessin de ces chapitres en devenir. 

 ​

Théo Mercier est né à Paris en 1984. Artiste plasticien et metteur en scène français, il vit aujourd’hui entre Paris et Mexico

L'installation Outremonde, présentée à la Collection Lambert en Avignon - juillet-septembre 2021

©Photo : Erwan Fichou

8Z1A8895-1©ErwanFichou.jpg